Vous avez sans doute déjà croisé la route d’une personne atteinte de bégaiement, cela vous a sans doute interpellé, mais pas pour autant gêné, car une personne bègue est simplement une personne comme les autres, comme vous et moi, sauf que son langage n’est pas fluide, souvent dû à du stress. Le bègue est en quelques sortes en conflit avec la parole, et lorsqu’une personne fluide parle et bute sur un mot, celle-ci se reprend et reprend le cours de sa conversation calmement, tandis que le bègue s’acharnera sur ce mot à multiples reprises, la lutte continue…

Un bègue peut-il apprendre une autre langue ?

Si certains pourraient se poser la question, se disant dans leur logique que le bègue à déjà de la difficulté à s’exprimer dans la langue française, ce qui compliquerait les choses à s’exprimer dans une langue étrangère. Pourtant la réalité est toute autre, et il se pourrait qu’une immersion anglais par exemple soit une bonne solution pour aider un bègue à vaincre ses béguaiements.

Pourquoi apprendre une autre langue pour un bègue peut-il aider ?

La difficulté dont est victime le bègue est qu’il lutte sans cesse pour parler. La parole est une bataille acharnée, et l’expression est quelque chose de très éprouvant, ou l’angoisse est à son paroxysme. Le bègue à souvent des mots qui le font plus bégayer que d’autres, dus à des souvenirs, ou il n’arrive pas à passer outre. En restant donc dans sa langue natale, le bègue se confronte chaque jour à ces nouveaux obstacles. Apprendre une nouvelle langue, comme l’anglais, l’espagnol ou l’allemand peut donc être une réussite pour un bègue, qui laissera de coté ses appréhensions plus facilement car il n’a pas de mauvaises expériences. De plus, repartir dans l’apprentissage d’un langage à zéro et au même niveau que les autres personnes mettrons le bègue dans des conditions optimales d’apprentissage.