Il est considéré comme l’un des grands personnages de l’histoire française en raison de ses idées et actons réformistes au sein de la Nation (banque de France, lycée, l’administration etc.). Au delà des frontières françaises, Napoléon Bonaparte est surtout resté dans la mémoire des populations européennes comme l’un des plus grands chefs militaires de l'Histoire, car auparavant aucun autre Roi ou Empereur n’avait livré autant de batailles, tels qu’Alexandre le Grand, Hannibal et César. FR Tézé vous explique les stratégies de ce grand chef militaire.

Napoléon Bonaparte à l’œuvre

C’est à la recherche systématique de la bataille que Napoléon pense à introduire de nouvelle méthode différente de l’époque du XVIIIe siècle où la bataille n’était qu’une fin ultime. Ainsi, le but de l’Empereur était la destruction pure et simple de l’armée adverse par la recherche immédiate d’un combat décisif. Dans son rôle de chef militaire, Napoléon avait quelques manœuvres selon le terrain d’affrontement :

  • La manœuvre sur les derrières

Cette stratégie a été employée par Napoléon sur son terrain principal d’opération lorsqu’il avait la supériorité numérique totale. Celle-ci consistait à projeter son armée derrière l’ennemi afin de le couper de ses bases. Nous retrouvons cette manœuvre à Arcole, Ulm ou Friedland. Cette stratégie sur les derrières n’a toujours pas été fiables sur certains en raison de sa difficulté d’exécution.

  • La manœuvre sur position centrale

Cette manœuvre constitue le deuxième mouvement examiné dans les batailles de Napoléon. Dans les combats, au cas il n’aurait pas la supériorité totale, il alors de la dispersion de l’ennemi ou il cherche à le diviser afin de se trouver à leur centre pour enfin les écraser de façon successive.

Un général et homme d’état

Napoléon du haut de son plus jeune âgé a su se distinguer d’autres généraux habile ou doués, comme Hoche, Moreau par ses qualités d’homme d’état. Il réorganise la carte de l'Italie du Nord, obligeant le Pape à signer l’accord de avec la France tout en lui le Comtat Venaissin et à la République cisalpine la Romagne avec Bologne et Ancône.

L’idée de la grande armée

Sans doute, Napoléon avait les mots pour motiver une armée démoralisée en proie à la famine. En créant la Grande Armée, il prend lui-même la tête du commandement. Fin stratège, il a été le premier à mettre en œuvre de nouvelles théories militaires.

François Régis Tézé