Il y a fort à parier que durant cette rentrée scolaire, cet automne et ces derniers mois de l’année 2011, droits devant nous, le bégaiement occupe une certaine place médiatique, plus précisément télévisuelle. Là je ne parle pas que de la Journée Mondiale du Bégaiement du 22 octobre qui ne suscite jamais l’intérêt espéré par nombre de personnes investies !

Non. Il s’agit surtout d’une nouvelle salve médiatique autour de Christian Boisard, que semblent nous préparer au moins 3 chaines de télévision en France. M6 ouvrira les hostilités dès ce samedi 3 septembre dans “C’est ma vie”, W9 et NRJ12 lui emboiteront prochainement le pas. En effet elles auraient installé leurs caméras dans les locaux du stage que dispense Christian Boisard en cette fin août.

Ne nous y méprenons pas : l’omniprésence médiatique n’est pas un gage d’exclusivité, ni d’efficacité en matière de lutte contre le bégaiement. Pour l’exclusivité, on l’a vu et revu à une époque pas si lointaine avec Ivan Impoco et son Institut d’Elimination du Bégaiement, propulsés au firmament dans et par les médias, et plus ou moins retombés dans une relative discrétion. Faut-il parler d’une diminution de sa popularité, ou d’une conséquence de plusieurs témoignages peu modérés envers ce stage, ou de sa relation avec les médias, ou d’autres critères qui échappent ?

Ne nous y méprenons pas (bis) : qui serais-je pour fustiger, condamner et finalement déconseiller Christian Boisard ou Ivan Impoco à une personne qui souffre de son bégaiement ? Un “jaloux frustré sans courage et sans volonté” me répondrait-on du côté de Boisard ou d’Impoco, un “raisonnable” me répondrait-on du côté des orthophonistes (de l’A.P.B.) Tout ceci est du vécu alors merci pour vos façons singulières de prêcher pour vos paroisses messieurs-dames. La caricature est à la portée de tous, y compris de moi.

Si je ne soulignais pas les résultats obtenus par ces stages, je ferais preuve d’une extraordinaire mauvaise foi. Le Docteur Monfrais-Pfauwadel, phoniatre et spécialiste du bégaiement, ne s’y est pas trompée sur France 2, dans “Envoyé Spécial la suite” lorsqu’elle a clairement reconnu que les orthophonistes reprochaient (à Impoco) d’avoir du résultat !

Mais si je ne soulignais pas leurs échecs, moins retentissants dans les médias, ce serait aussi faire preuve de mauvaise foi !

Si je ne recommandais pas Christian Boisard ou Ivan Impoco à une personne qui souffre de son bégaiement, juste parce que je ne me reconnais pas dans leur procédés, tels que vus dans les médias et rapportés dans les témoignages de certains de leurs stagiaires, je ferais preuve d’une prétention imbuvable, suggérant ainsi la plus puante des conclusions : s’ils ne me conviennent pas, ils ne vous conviendront pas, l’orthophonie me convient donc elle vous conviendra !

Je ne me suis jamais reconnu dans ce que propose Christian Boisard, ni dans ce que propose Ivan Impoco, ni dans d’autres enseignants de méthodes empiriques basées exclusivement sur leurs expériences personnelles. Je n’ai jamais adhéré aux considérations de certaines personnes qui bégaient lorsqu’elles prétendent que seul quelqu’un qui a bégayé peut éradiquer un bégaiement. Cette affirmation reviendrait à dire que seul un cancérologue ayant lui même souffert d’un cancer peut soigner la maladie !

L’orthophonie me réussit. J’y ai appris des techniques que je maitrise très bien au quotidien. Le travail de fond, en individuel comme en groupe, paye aussi sur le rapport au bégaiement, sur le rapport aux autres et sur le rapport à moi-même.

Mais je ne suis pas les autres, je ne suis pas tout le monde donc je me suis toujours abstenu de recommander exclusivement l’orthophonie au détriment des autres solutions.

Tout espoir est bon à prendre quand on souffre

Pour des personnes en grande souffrance à cause du bégaiement, pour leur entourage, ne plus bégayer, ne plus entendre et voir bégayer celui ou celle dont on est proche, est évidemment l’essentiel. La recherche du résultat concluant prime, seul ce résultat compte. A la limite peu importe comment y parvenir, même pourquoi pas par l’irrationnel ou l’ésotérisme (les stages de Boisard ou d’Impoco ne rentrent évidemment pas dans cette catégorie). On se raccroche à tout ce qui peut redonner l’espoir. La famille fait par exemple un acte d’amour en consacrant du budget à l’éradication du bégaiement de leur enfant, de leur adolescent qui va suivre un stage non pris en charge par les assurances maladies.

Kévinoux et Morgane, qui ont tous deux suivi le stage de Christian Boisard, écrivaient avec recul sur le Forum du Bégaiement :

sur le coup tu y crois car dans mon état du moment je me raccrochai a tout espoir !!! avec du recul, pour mon cas, je ne trouve pas que la méthode Boisard est efficace.

Au début on est contente, car on a fait un effort en avant pour essayer de s’en sortir. La première matinée, il y a des efforts considérables grâce aux exercices enseignées par M. Boisard. Mais ça ne dure pas.

Risque d’une sévère gueule de bois

Christian Boisard, tout comme Ivan Impoco, reçoivent un certain nombre de stagiaires désespérés qui ont tout tenté, surtout l’orthophonie qui ne les a pas compris. Des témoignages abondent régulièrement en ce sens. De leur côté, des orthophonistes spécialisés reçoivent des anciens stagiaires des mêmes Boisard ou Impoco, parfois anéantis car les méthodes apprises en stage ne leur ont pas apporté le bénéfice qu’ils en attendaient, au vu des reportages télévisuels et des publications sur internet.

On discerne ainsi tous les biais que prennent les débats stériles de ceux qui cherchent à comparer et à confronter l’orthophonie à ces stages médiatiques. J’en arrivais à cette déduction au bout de quelques mois à la modération du Forum du Bégaiement et de premières participations à la Journée Mondiale du Bégaiement en 2006. Sur son blog Goodbye Bégaiement, Laurent tire la même conclusion :

Réfléchissez dix secondes (oui, je sais, c’est énorme) : est-ce que les bègues qui ont été soignés avec succès par une orthophoniste vont se réfugier chez Boisard ou Impoco ? Bah, non ! L’analyse est donc biaisée puisque Impoco et Boisard ne voient que ceux pour qui ça n’a pas marché (c’est d’ailleurs la même chose pour les orthophonistes disant récupérer des personnes ayant testé sans succès des méthodes alternatives).

Chez les personnes qui bégaient, les échecs ont pu entrainer une dramatique baisse d’estime de soi, très dommageable en cas de bégaiement, qui déjà par définition, entraine souvent de lui-même dans les bas-fonds. J’ai aussi vu lu et entendu des personnes qui bégaient diaboliser voire maudire leur orthophoniste ou leur responsable de stage, qui n’ont pourtant fait que leur boulot pour lesquels ils ont été sollicités et payés !

Une sévère gueule de bois guète donc celle ou celui qui choisit l’option thérapeutique qui ne lui convient pas à plus ou moins long terme. J’ai parlé de l’orthophonie et des stages menés par des personnes qui ne bégaient plus, mais il en va de même pour d’autres pratiques qui ont leurs adeptes.

En cette rentrée scolaire, si parmi vos résolutions, vous avez fermement décidé d’en finir coute-que-coute avec ce bégaiement parce qu’il vous fait galérer au possible, ni moi ni personne ne pouvons exiger de vous un recul dans votre souffrance pour déterminer votre choix. L’argument comme quoi il est impossible d’enrayer en trois jours ce que le bégaiement vous a imposé pendant toute une vie, est sans doute fondé mais irrecevable quand on souffre !

Je ne peux que vous recommander de mesurer tous les enjeux des possibilités qui s’offrent à vous pour parvenir à un résultat. Aucune solution ne garantit le miracle !

Christian Boisard le reconnait en toute honnêteté sur son site et même sur Goodbye Bégaiement :

Evidemment il n’y a pas de miracles, toute démarche est un travail sur soi-même, aucune méthode de lutte contre le bégaiement universelle, car chaque personne ne réfléchit de la même façon, il y a que des personnes qui montrent une direction à prendre selon le caractère de chacun.

N’oublions jamais que pour un adolescent ou un adulte qui entre en stage ou en rééducation, les résultats tangibles s’inscrivent dans la durée et les progrès selon un travail régulier. La maitrise complète d’une technique ou d’un ensemble de techniques nécessite parfois plusieurs dizaines voire centaines d’heure de pratique, pour se l’approprier pleinement.

Sur le Forum du Bégaiement, Crusoé a bien insisté sur la nécessité de bien travailler et d’appliquer la méthode de Christian Boisard, qui lui a réussi :

Il faut surtout travailler la méthode dans toutes les situations possibles , c’est ce que j’ai fais et les résultats sont là ! (…) moi personnellement après le stage , je suis un homme nouveau : je travaille , reprise du sport , sorti avec les amis sans crainte du connaitre du nouveau monde pour ne pas être jugé… une vie normal ! ce que j’attendais avec toute ces années ! Pour moi cette méthode est infaillible ! il faut juste bien l’appliquer

Morgane, elle, témoignait de manière contrastée à propos du travail et du bilan sur le long terme :

Christian Boisard dit qu’il faut être assidu dans les exercices pour s’en sortir, mais c’est facile à dire.
Vous savez très bien que dans la vraie vie, il est difficile de prendre son temps pour parler.
Et puis parler en décomposant ses syllabes comme un robot et en respirant profondément, c’est encore plus gênant que si on bégayait.
J’ai fais mon premier stage il y a 4 ans, c’est vrai qu’il m’a beaucoup aidée sur plusieurs choses, je fais des choses que je ne faisais pas avant. Acheter du pain par exemple, demander un renseignement à quelqu’un dans la vie.

Je terminerai en citant Hugues, autre ancien stagiaire de Christian Boisard, qui peut donner matière à réfléchir :

L’expérience Boisard qui m’a conforté dans le fait que « ma » solution n’était pas dans la lutte contre le bégaiement :
même si sa méthode est réellement efficace, elle ne fut pour moi qu’une béquille ou transition, en attendant le temps de la détente suprême où le bégaiement n’a plus de raison d’être…

Tous ces témoignages reflètent, si besoin était, la variété des ressentis, des personnalités, et des parcours. Chacun est différent dans sa manière de vivre le bégaiement et doit trouver ce qui lui correspond parmi les solutions existantes.