cédric

Le bégaiement n'est pas une fatalité

De plus en plus de gens sont sujets au bégaiement. Un phénomène qui a bien atteint 1 % de la population mondiale. Toutefois, la plupart des gens qui bégaient éprouvent un certain complexe pour se dévoiler ou pour se mettre au-devant de la scène. Ce qui les rend parfois paresseux au point de rester dans leurs coins et parfois même de ne pas prendre d’initiative. Cela, tant dans le domaine social que professionnel. Etant vus d’un œil un peu stigmatisant, ce sont très souvent des personnes qui s’emportent vite.

Mais contrairement à ce que beaucoup pensent, le bégaiement peut bel et bien être soigné. Ce n’est en aucun cas une fatalité. Certains vont même jusqu’à l’assimiler à un phénomène mystique. Quant à la solution, la plus simple et la plus naturelle est d’articuler lorsque l’on parle, c'est-à-dire bien maîtriser sa respiration lorsqu’on dit quelque chose. Une solution très probante dans la mesure où, très souvent, le bègue a trop d’idées dans sa tête qu’il veut extérioriser en même temps. En général, les enfants qui bégaient le font au début pour copier sur un bègue, car souvent ça les amuse. Au fur et à mesure qu’ils grandissent, ils peuvent soit s’en départir, à condition qu’ils aient eu des parents vigilants, soit vivre avec.