Altération neurologique, prédisposition génétique

La recherche scientifique permet aujourd’hui d’affirmer que les causes essentielles du bégaiement sont biologiques. Les dix dernières années ont été riches en avancées capitales, qui ont confirmé les soupçons.

L’imagerie cérébrale ne cesse de déceler des anomalies physiques, anatomiques, structurelles, dans le cerveau des personnes qui bégaient, en plus d’anomalies de fonctionnement tel un phénomène d’hypercompensation par activation anarchique de zones dans l’hémisphère opposé à celui du langage, une production excessive de dopamine…

Le bégaiement résulte donc d’une altération neurologique.

De plus, début 2010, on a identifié 4 gènes responsables du bégaiement. Ce n’est qu’un début !

Dans le cerveau des personnes qui bégaient, l’aire de Broca est physiquement endommagée par une lésion (déconnexion fibreuse), l’aire de Wernicke présente des anomalies de fonctionnement.

Ce ne sont que 2 caractéristiques parmi d’autres telles une faiblesse des noyaux gris centraux, une différence anatomique du corps calleux…

Conséquences et influences psychologiques

Comme toute caractéristique génétique, tout trouble neurologique, le bégaiement peut être soumis à des influences environnementales diverses et psychologiques, ce qui amène encore des thérapeutes à préférer parler d’une “pluralité de facteurs”. Mais il s’agit déjà de conséquences, de manières de vivre le bégaiement, ou d’hypothèses fondées sur des ressentis personnels qui n’engagent que ceux qui les émettent.

Distinguer les causes des conséquences

Non seulement on doit distinguer les causes des conséquences, mais aussi de ce qui peut éventuellement contribuer à la persistance du trouble, à ses variations en intensité. Par manque de recul car enlisés dans la souffrance et l’angoisse, beaucoup trop de personnes qui bégaient, de parents d’enfants qui bégaient, de proches de personnes qui bégaient confondent tous ces aspects.

Caractéristiques biologiques indispensables

Il faut donc retenir que les caractéristiques biologiques établies et mises en évidence scientifiquement, sont les causes principales du bégaiement, indispensables à sa survenue.

Ne pas hésiter à parcourir le blog Un Olivier sur un Iceberg et la partie science du Forum du Bégaiement pour en savoir plus, sans oublier l’excellente vidéo la neurologie du bégaiement pour les nuls, réalisée par l’Olivier de l’Iceberg et Bérenger de Je Bégaie.com