Depuis des semaines et des mois, j’ai pris beaucoup trop de recul et de hauteur sur le bégaiement. C’est au quotidien que je me rends compte de cette victoire qui prend un goût un peu amer à chaque témoignage sur le symptome auquel je me trouve confronté, par écrans interposés comme autour d’un bon café : le goût un peu amer de la relativisation du message, le goût un peu amer de la distance, le goût un peu amer d’un déficit d’empathie, le goût un peu amer de l’exactitude d’une réponse qui ne plait pas à celui qui pose la question, le goût un peu amer de la perception de l’archaisme, le goût un peu amer d’une lassitude, le goût un peu amer d’un ennui…

…. un goût de baille bégaiement ! ;)

Pour autant je ne me retire pas complètement de la blogosphère du bégaiement mais préfère mettre un sérieux coup de frein, pour une durée indéterminée. Je continuerai sans doute à communiquer sur le bégaiement mais à dose plus homéopathique, ce qui entraine une petite restructuration du blog (et un peu de ménage aussi) pouvant donner lieu à quelques désagréments temporaires…

Bah oui, je ne suis pas qu’un bégaiement masqué ou démasqué, sinon j’aurais choisi un nom de domaine plus ciblé que cedriblog.fr Hypercontrôle ? Non juste prévoyance !

Je maintiens tous les engagements et rendez-vous pris auprès de celles et ceux qui m’ont sollicité dernièrement, pas d’inquiétude.